Een nieuw pact voor Brussel - Vooruit.brussels

Un nouveau pacte pour Bruxelles

Vooruit.brussels a présenté aujourd'hui ses propositions institutionnelles pour la réforme de Bruxelles, en présence de la secrétaire d'État Ans Persoons, de la cheffe de groupe au parlement flamand Hannelore Goeman et du chef de groupe au parlement bruxellois Pascal Smet.

La question institutionnelle de Bruxelles a toujours été très proche du cœur de notre mouvement. Pour Vooruit.brussels, il y a un grand besoin d’une région mieux organisée et simplifiée. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons parvenir à plus de solidarité et de redistribution, à une dépense plus efficace des ressources publiques et à de meilleurs services aux citoyens.

La semaine dernière, l'OCDE a présenté son examen métropolitain de Bruxelles. Cette étude de l’OCDE met en lumière un certain nombre de défis politiques auxquels notre mouvement s’attaque depuis plus de deux décennies. Avec son examen, l'OCDE confirme que l'organisation administrative actuelle a un impact négatif sur la croissance économique, le développement urbain, la transparence et l'efficacité administratives ainsi que la capacité financière de notre région. Vooruit.brussels, et avant lui one.brussels, a toujours été à l'avant-garde d'une réforme institutionnelle visant à rationaliser Bruxelles. Nous sommes prêts à adopter une approche positive à cet égard, avec pour seule boussole les intérêts des Bruxellois.

Avec Vooruit.brussels nous optons donc résolument pour un nouveau Pacte pour Bruxelles :

  • Une rationalisation qui pourrait rapporter environ un milliard et demi d'euros et permettre ainsi d'investir dans les personnes plutôt que dans les structures. En échange, nous demandons à Bruxelles un financement équitable basé sur des paramètres objectifs.
  • Une réforme de l’État dans laquelle Bruxelles siège à la table en tant qu’interlocuteur à part entière et ne se contente pas de payer la note de ce que Flamands et Wallons conviennent entre eux.
  • Une Bruxelles plus efficace et plus cohérente, organisée et gouvernée en fusionnant les 19 communes en une nouvelle Ville-Région de Bruxelles-Capitale, qui coïncidera avec l'actuelle Région de Bruxelles-Capitale.
  • Une ville-région avec des garanties inconditionnelles sur les services en néerlandais.
  • Un nouveau contrat social avec les Bruxellois : avec plus d'optimisation des ressources (moins d'argent pour les structures, plus pour les actions), plus de solidarité (à travers un seul CPAS, une seule administration, un seul budget et une seule zone de police), et plus de transparence et une meilleure gouvernance (responsabilité accrue) et démocratie.

C'est littéralement money time : nous serons confrontés à d'énormes défis budgétaires lors de la prochaine législature, après les nombreuses dépenses de crise que le gouvernement actuel a été contraint de faire pour sauvegarder notre économie ainsi que le bien-être et la prospérité de ses citoyens. L’agenda institutionnel ne peut plus être reporté.

Alors que d’autres espèrent déjà de nouvelles sources de financement, nous affirmons très clairement qu’il ne peut y avoir de financement supplémentaire pour Bruxelles sans mettre en œuvre également les réformes internes nécessaires. Une réforme interne de la ville va donc de pair avec une réforme de l’État. Pour le premier exercice, nous avons les cartes en main pour mettre de l’ordre dans nos affaires, le second nécessite une révision constitutionnelle. Nous présentons en annexe tous nos points dans ce domaine, qui font également partie du programme du parti avec lequel nous voulons convaincre les électeurs cette année.

C'est progresser avec Vooruit. Ou régresser. À vous de choisir.

Si tu es intéressé par notre Pacte pour Bruxelles, lis le dossier de presse - Pacte pour Bruxelles