Pact voor Brussel - Vooruit.brussels

Un nouveau pacte pour Bruxelles

Bruxelles peut être plus efficace et plus simple. Aujourd’hui, notre région est organisée de manière très complexe. Trop d’élus, de frais généraux, de travail dupliqué. Dans le même temps, la Région bruxelloise est lourdement endettée. Nous devons changer de cap.

Vooruit.brussels prône depuis des années pour une simplification institutionnelle : faire plus avec autant d’argent, utiliser plus efficacement les ressources publiques et offrir de meilleurs services aux citoyens.

Aujourd'hui, la Région bruxelloise compte 19 communes bruxelloises, 19 CPAS et six zones de police. Chacun travaillant à leur manière, avec leur personnel propre et leurs propres règles. Alors que nous, nous considérons la Région bruxelloise comme une seule ville. Où tous les Bruxellois ont droit à des services de qualité, quelle que soit la commune où ils résident.

Il nous faut donc nous organiser différemment.

L'OCDE le confirme

Début février 2024, l'OCDE a publié un rapport majeur, la Revue Métropolitaine de Bruxelles. Selon l'OCDE, l'organisation administrative actuelle a un impact négatif sur la croissance économique, le développement urbain, la transparence, l'efficacité administratives ainsi que sur la capacité financière de notre région.

Pour Vooruit.brussels, c'est clair

Nous devons réformer Bruxelles institutionnellement. Rationaliser. Abordez-les choses différemment. Tout cela dans l’intérêt des Bruxellois. C'est pourquoi nous avons préparé un nouveau pacte pour Bruxelles.

 

Pacte pour Bruxelles

Quelques points mis en avant :

  • Pas de réforme sur la tête de Bruxelles.
    Bruxelles doit être à la table des négociations en tant que partenaire à part entière dans la prochaine réforme de l’État. Dans le passé, Bruxelles a été bien trop souvent victime, tandis que la Wallonie et la Flandre ont pleinement profité de la prospérité bruxelloise, sans rendre le change.
  • Fusion des 19 communes en une nouvelle ville-région de Bruxelles-Capitale, qui coïncide avec l'actuelle Région-Capitale.
  • Une ville-région avec des garanties inconditionnelles sur les services en langue néerlandaise.
  • Un nouveau contrat social avec les Bruxellois pour plus d'optimisation des ressources (moins d'argent pour les structures, plus pour les actions), plus de solidarité (à travers un seul CPAS, une seule administration, un seul budget et une seule zone de police), plus de transparence et une meilleure gouvernance (grâce à une plus grande responsabilité et démocratie).

Dans le même temps, nous exigeons de Bruxelles un financement équitable basé sur des éléments objectifs. Parce que Bruxelles fournit de nombreux services à ceux qui ne sont qu'en transit et crée de la richesse, mais ne reçoit que peu en retour.

 

Choisir son moment

Bruxelles sera confrontée à d'énormes défis budgétaires au cours de la prochaine législature. Parce que la crise énergétique passée, la pandémie du coronavirus et la guerre en Ukraine ont coûté énormément d’argent. Le gouvernement bruxellois a pris des mesures supplémentaires pour sauvegarder l'économie, le bien-être et la prospérité de ses citoyens.

Résultat : il y a peu de marge financière pour mener.à bien les actions.

Il y a donc deux solutions : gagner plus d’argent ou faire des économies.

Ce que nous proposons. Nous allons d’abord remettre les choses en ordre avec une réforme interne de la ville. Et veiller à ce que Bruxelles mette ses affaires en ordre.

Ensuite, nous pourrons alors parler d’une réforme de l’État, qui garantirait davantage de ressources à Bruxelles. Une telle réforme étatique nécessite une révision constitutionnelle. Que voulons-nous « réaliser » grâce à une telle réforme de l’État et comment ? Nous avons déjà fait cet exercice de réflexion. Nous sommes prêts à plaider la cause de Bruxelles.

C'est progresser avec Vooruit. Ou régresser. À vous de choisir.

Lisez ici le pacte pour Bruxelles dans sa version complète